Parc des Bateliers

Emplacement

Depuis 2016

Un milieu de villégiature du 19e siècle disparu au profit de la Nature…

Le parc des Bateliers, situé dans l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville, est un écosystème de 5,69 hectares se trouvant au bord de la rivière des Prairies. Il forme avec la parc de la Merci et île Perry un long espace vert permettant la contemplation.

Il a été nommé en 2002 en mémoire des conducteurs d’embarcations qui utilisaient la rivière pour le transport des personnes ou des marchandises d’une rive à l’autre. Situé à l’emplacement des rapides du Grand Sault disparues lors de la construction et la mise en service du barrage Simon‑Sicard érigé en 1929. Celui-ci a été acquis en 1944 par Hydro‑Québec lors de la phase de la nationalisation de l’électricité.

Antérieurement à la construction du barrage, les rapides empêchaient les embarcations de continuer leur navigation, le lieu était donc une zone de portage et de rencontre des voyageurs.

Avant le 19e siècle, le site demeure principalement agricole, un moulin à farine agrémente les lieux mais l’arrivée du chemin de fer transforme ce site en lieu de villégiature. Chalets et hôtels prolifèrent et donnent accès à une plage permettant aux Montréalais de passer l’été à la campagne à se détendre. Ceux-ci fuient la chaleur, les odeurs et les épidémies que l’on retrouve en ville.

Aujourd’hui en regardant, les magnifiques spécimens de noyers cendrés, d’érables noirs, et d’érables à sucre, il est dur d’imaginer qu’il y avait un moulin à farine ainsi qu’un village de villégiature sur le site. Il reste encore des vestiges, sauriez-vous les retrouver!

Objectif du projet :

  • Protéger le site à perpétuité
  • Retirer et contrôler les plantes envahissantes
  • Mettre en valeur les lieux
  • Sensibiliser les usagers à la protection du site
  • Fermer les sentiers informels
  • Planter des végétaux en concordance avec le milieu
  • Installer des structures fauniques (nichoirs, dortoirs et mangeoires)
  • Préserver l’habitat de la tortue géographique, des canards branchus, des salamandres cendrées et à deux lignes

Faits saillants :

  • Le milieu naturel est dorénavant protégé à perpétuité grâce à la signature d’une entente de conservation entre l’arrondissement, le Comité Écologique du Grand Montréal et la Fondation Hydro-Québec pour l’environnement.
  • Corvées de nettoyage et plantations corporatives avec la Fondation TD les amis de l’environnement

Travaux effectués :

  • Contrôle de plantes exotiques envahissantes comme le nerprun et la renouée japonaise
  • Consolidation du massif forestier
  • Fermeture de sentiers informels
  • Corvées de nettoyage
  • Plantation et ensemencement
  • Conception et installation de 8 panneaux d’interprétation
  • Sensibilisation des usagers
  • Installation de structures fauniques : nichoirs, dortoirs et mangeoires
  • Contrôle de l’herbe à la puce

Quelques chiffres :

  • Nombre d’arbres plantés : 1 166
  • Nombre d’arbustes plantés : 1 543
  • Nombre d’herbacées plantées : 6 185
  • Nombre de nerprun retirés : 307 526